12. 13ème apparition. | L’Avenir du Monde révélé à Madeleine Aumont par Jésus-Christ à Dozulé 🇨🇵

Témoignage de Madeleine sur les apparitions du Christ à Dozulé

J.S : 1974, la première apparition, c’est le 4 janvier. Il commence par dire :

M.A : « Pourquoi doutez-vous ? »

C’est moi qui a douté !

J.S : C’est vous commencez a douté parce que vous êtes dans les ténèbres ?

M.A : C’est moi qui ai douté parce que j’étais dans les ténèbres et comme ce n’était pas l’heure que le Christ vienne, je n’ai pas du tout pensé, alors que l’abbé L’Horset y a pensé, lui.

Il m’a dit, ça peut être une chose mystique. Puis quand il m’a dit :

« Ne vous inquiétez pas. »

Oh, j’étais colère après lui, on voit bien que ce n’était pas lui qui était à ma place !

Quand Sœur Bruno m’a ramenée à la maison, j’étais loin de penser que ça venait de Dieu ! Sitôt que j’ai réaperçu la lumière, alors là, c’est merveilleux.

Il a dit :

« Pourquoi avez-vous peur, pourquoi doutez-vous ? Je suis là. Tout homme sur cette terre est ainsi dans les ténèbres »

Parce que quand on voit cette lumière, c’est tellement autre chose même que la lumière du soleil. C’est une lumière tellement plus claire, plus merveilleuse et qui ne fait pas mal aux yeux. On n’a qu’à fixer la lumière, elle fait mal aux yeux celle-là et l’autre, qui est beaucoup plus claire, beaucoup plus belle, ne fait pas mal aux yeux. C’est ça que je ne comprends pas. Je n’ai jamais été éblouie, par cette lumière, elle n’éblouit que l’esprit, c’est ça que j’ai dit. C’est vrai.

J.S : Et alors, pourquoi Il vous dit :

« A chaque fois que vous retournerez à votre place, après chaque eucharistie, posez la main gauche sur votre cœur et la main droite par-dessus »

M.A : Et le Seigneur l’a fait pour me montrer. La main gauche comme ça et la main droite dessus. C’est comme ça qu’il faut revenir, à chaque fois que je communie. Je le fais dans la chapelle.

J.S : Et vous croyez que seulement pour vous ou c’est valable pour tout le monde ?

M.A : Oh, pour tout le monde, je crois que c’est pour tout le monde, il n’y a pas de raison.

J.S : On tient un cœur nouveau.

M.A : Oui, c’est ça, oui. Voyez, ce geste-là, je l’ai vu aux Mystères, quand l’archange Gabriel annonce à la Sainte Vierge, vous savez, à l’Annonciation.

J.S : A l’Annonciation, il l’a montré comme ça.

M.A : Eh bien, voyez, c’est comme ça que je l’ai vue. Où est-ce que vous avez eu ce tableau-là ?

J.S : C’est Fra Angelico, un peintre italien, qui a fait les plus beaux tableaux sur la Sainte Vierge : on voit un ange magnifique qui vient et Elle est inclinée, comme ça devant lui.

M.A : Oui, inclinée comme ça devant lui, exactement, ça m’a impressionnée, parce que le Seigneur m’avait dit de le faire.

J.S : Est-ce que vous pourriez me donner simplement une petite explication sur la douzième ?

« Dites au mourant repentant que plus grand est le péché, plus grande est ma Miséricorde »

M.A : Eh bien c’est-à-dire, qu’au tout dernier instant de leur vie – il y en a qui mènent une vie de pécheur – eh bien, au tout dernier instant, s’ils ont un regret, le Seigneur leur pardonne. Il n’y a pas de doute. 

Dites au mourant repentant, que plus grand est le péché, Qu’est-ce que c’est consolant, quand même, pour ceux qui ont mené une mauvaise vie ! plus grande est ma Miséricorde.

A l’instant même où son âme quitte son corps, elle se trouve dans cette splendide lumière. Dites-leur les paroles de Jésus.

Alors, voyez, le Purgatoire, bien sûr ça existe le Purgatoire ! Le Seigneur est quand même très bon ! Parce que ceux qui ont un grand regret au dernier moment de leur vie, voyez, ils sont tout de suite dans la splendide lumière.

J.S : Donc, ils ne passent pas par le Purgatoire ?

M.A : Eh bien, c’est ce que je me demande. Je ne crois pas, à condition qu’ils regrettent profondément, bien sûr. Vous savez, que Jésus sur la Croix, il y avait le Bon et le Mauvais Larron – enfin, le Bon, si on peut dire, il avait dû mener une drôle de vie, aussi – Le Seigneur lui a dit :

« Puisque tu as la foi, ou ta foi t’a sauvé, aujourd’hui même tu seras avec moi au Paradis ».

Le Seigneur lui a dit ça, c’est sûrement la même chose !

J.S : C’est ça, il a eu un instant de regret complet et aussitôt, il a reconnu le Christ.

M.A : Je savais que le Seigneur était très bon, mais je croyais quand même qu’il fallait passer par le Purgatoire. Du moment qu’il y a un grand regret au dernier moment, puisque c’est dit, ça :

« Dites au mourant repentant, que plus grand est le péché, plus grande est ma Miséricorde »

J.S : Donc, là, on va arriver au 1er vendredi du mois de février 1974, pourquoi Jésus n’a pas paru ? 1er vendredi du mois de février 74, Jésus n’a pas paru.

M.A : Ah, je ne sais pas. Je sais que je suis repartie en pleurant parce que je n’ai pas vu le Christ, j’étais surprise de ne pas l’avoir vu.

nos dernières vidéos