18. 20ème apparition. | L’Avenir du Monde révélé à Madeleine Aumont par Jésus-Christ à Dozulé 🇨🇵

Témoignage de Madeleine sur les apparitions du Christ à Dozulé

J.S : C’est la vingtième.

M.A : C’est le petit David.

J.S : David c’est votre petit-fils.

M.A : Oui c’est mon petit-fils. Je n’en ai qu’un, de petit-fils, je n’ai qu’une fille mariée, je n’ai que lui comme petit-fils. Alors, quand il est né, un jour, une personne qui vient, quinze jours après, elle me dit :

« Vous ne trouvez pas ça drôle que David ait toujours les yeux fermés ? »

Oh, je lui dis, vous savez, il est petit. Mais, pensez-vous, les miens, le jour-même ou le lendemain, ils ouvraient déjà les yeux tout grands. C’est vrai, je lui dis, c’est vrai. C’est drôle quand même. Et puis, en effet il avait toujours les yeux vraiment fermés ! Au bout de 15 jours, on avait l’impression qu’il n’y voyait pas. Elle l’a emmené à un docteur qui a dit :

« On ne sait pas ce qu’il a, c’est les muscles, sans doute. »

Et l’abbé L’Horset, m’a dit :

« Je suis certain, que c’est la paralysie des muscles des paupières »

et c’était ça, il ne s’était pas trompé. Parce que souvent, il y a des paralysies comme ça dans les choses d’église, dans les choses que Dieu permet. La paralysie des muscles des paupières ! Vous ne le connaissez pas ? tenez, voilà une photo de lui, là, il a déjà deux ans. Il les ouvre un petit peu mieux, là, déjà.

J.S : Et maintenant, il arrive à voir ?

M.A : C’est-à-dire, que sa mère – il avait 5 ans –  l’a fait opérer des deux yeux pour soulever les paupières, seulement. Et il était question qu’on l’opère encore une fois – il a les yeux un peu plus ouverts – mais l’oculiste hésite parce que, comme il ne cligne jamais des yeux comme nous, il ne peut pas, il a une paralysie – il est comme ça, voyez – mais moins maintenant quand même, depuis qu’il a été opéré… il voudrait bien l’opérer une deuxième fois pour lui ouvrir encore davantage les paupières mais ils ont peur après qu’il ne puisse plus les fermer les yeux du tout. Parce qu’il les ferme mais il ne peut pas les ouvrir. Alors, voilà le motif, figurez-vous, c’est triste mais c’est comme ça. C’est l’archange Michel que je vois là ; je me mets à genoux devant lui, évidemment, il y avait le Saint-Sacrement et l’archange Michel, mais moi, machinalement, au lieu de me mettre à genoux devant le Saint-Sacrement, je me mets à genoux devant l’archange Michel ; alors, il me dit :

« Je vous salue, ne vous prosternez pas devant moi mais devant Celui que vous venez adorer ».

Et je me suis retirée de l’archange Michel pour me mettre devant le Saint-Sacrement, parce que le Christ était là. Alors il me dit :

« Ne vous lamentez pas sur les yeux du petit David. Si Dieu l’a voulu ainsi, c’est parce que ce n’est pas lui qui a les yeux fermés mais ce sont ses parents qui ont les yeux fermés à la Lumière de la Foi. »

Voilà, c’est à cause de ses parents…

J.S : Et il vous redit :

« Déposez un cierge à l’endroit où le Seigneur vous a quittée pour la dernière fois. »

M.A : Oui, c’est ce que j’ai fait, comme il l’avait déjà dit alors à chaque fois qu’on va dans la chapelle, on met un cierge.

nos dernières vidéos