Apparitions de Jésus-Christ à Dozulé 🇨🇵 | Dixième apparition (07 septembre 1973) : la prière révélée par Jésus-Christ

5e cahier
Mad Aumont 14430 Dozulé
1973-1974

Suite du 4è cahier
Je suis donc allée avec Monsieur le Curé et Sœur Bruno, voir un membre de l’évêché, comme me l’avait demandé Jésus. Ne me souvenant toujours de rien du latin, je vous assure que j’hésitais, et me demandais bien ce que j’allais lui dire ; et j’en demande encore pardon au Seigneur d’avoir hésité, puisqu’il m’avait dit : « Je serai avec vous. »

 

En effet, Jésus était bien avec moi. Toutes les paroles en latin que Jésus m’avait dictées depuis le début, je me suis souvenue de tout : tout à coup l’Esprit Saint me guidait ; c’est lui qui m’a fait souvenir de tout. J’étais toute émue et surprise de voir comment, tout à coup, j’ai pu dire toutes ces paroles inconnues. Je n’ai aucune instruction, et vous pensez que le latin m’est une langue tout à fait étrangère.

Je ne sais si l’Esprit saint l’a voulu : mais quand je suis montée en voiture, en sortant de l’évêché, j’ai tout dit à Sœur Bruno et Monsieur le curé, toutes les paroles étrangères que le Seigneur m’avait dit depuis le début.

 

C’est l’Esprit Saint qui m’a fait souvenir de tout. Sans lui, je n’en aurais pas été capable, pas capable d’en sortir un mot.

Et je sais que Monsieur le Curé et Sœur Bruno ont été émus tous les deux de m’entendre.

En revenant de Bayeux, j’étais dans une grande paix. J’étais surtout très heureuse d’avoir accompli ce que Jésus m’avait demandé. Et je remerciai l’Esprit Saint, en revenant, de m’avoir fait ressouvenir de tout. Sans vous, Esprit Saint, rien n’existe, rien n’est possible ; nous ne sommes que ténèbres. Mais lorsque l’on vous possède, tout est joie, tout est amour, tout est possible ».

1973, vendredi 7 septembre à 7h5mn

Il y avait quelques personnes à la chapelle devant le Saint Sacrement exposé. Je n’ai pu m’empêcher de crier à haute voix : « Le voilà », quand j’ai aperçu la lumière mais, cette fois, à la place du Saint Sacrement, tellement j’étais heureuse :

Jésus, qui ne m’avait pas visitée le mois précédent ! J’étais si heureuse.

Aussitôt après cette lumière, Jésus apparaît comme d’habitude. Il me souriait d’un si doux sourire.

Il me dit :

« Faites la génuflexion et saluez. »

Puis Jésus me dit :

« Dites ceci à haute voix ; 


Réjouissez-vous, Jésus de Nazareth, le Fils
de l’Homme Ressuscité est là devant moi, environné de lumière.
Ses mains et son visage resplendissent comme le soleil.
Son regard est amour et bonté. »

Jésus, toujours souriant, dit :

« Et voici ce que dit le Premier et le Dernier et le Vivant, à vous tous qui en êtes les témoins :
Réjouissez-vous, réjouissez-vous sans cesse dans le Seigneur.
Que votre joie soit connue de tous les hommes.
Réjouissez-vous, comme la servante du Seigneur ici présente surabonde de joie dans la lumière qu’elle découvre. »

Quelques secondes après :

« Soyez humbles, patients, charitables. »

Jésus, le regard plus grave, dit :

« Baisez la terre 3 fois par pénitence pour l’Iniquité. »

Quand j’ai relevé la tête, après avoir baisé la terre, Jésus avait le regard très triste.

Il regarde les gens dans la chapelle puis, le regard toujours très triste, lointain, comme s’il voyait le monde.

Je lui ai demandé pourquoi il était si triste.

Jésus m’a répondu :

« Je suis triste à cause du manque de foi dans le monde, à cause de tous ceux qui n’aiment pas mon Père. »

Ensuite Jésus dit :

« Dites ceci à haute voix :

 

Allez tous en procession à l’endroit précis où la servante du Seigneur a vu la Croix Glorieuse et tous les jours, dites cette humble prière, suivie d’une dizaine de chapelet. »

 

Jésus me dit :

« Dites le chapelet en entier, ainsi que les personnes qui le dise avec vous. »

Jésus me dictait la prière, phrase par phrase, et son regard était très triste et lointain. Voici la prière que Jésus me dictait tout doucement :

« Pitié mon Dieu, pour ceux qui te blasphèment, pardonne-leur, ils ne savent ce qu’ils font.

 

Pitié mon Dieu, pour le scandale du monde, délivre-les de l’esprit de Satan.

 

Pitié mon Dieu, pour ceux qui te fuient, donne-leur le goût de la Sainte Eucharistie.

 

Pitié mon Dieu, pour ceux qui viendront se repentir au pied de la Croix Glorieuse, qu’ils y trouvent la Paix et la joie en Dieu, notre Sauveur.

 

Pitié mon Dieu, pour que ton règne arrive, mais sauve-les, il en est encore temps. Car le temps est proche, et voici que je viens. Amen.

 

Viens, Seigneur Jésus. »

Puis j’ai récité le chapelet, comme le Seigneur me l’a demandé.

Jésus m’a regardée tristement tout le temps que j’ai récité le chapelet.

Ensuite, à la fin du chapelet, il m’a dit :

« Seigneur, répands sur le monde entier les trésors de ton infinie miséricorde. »

J’ai répété cette phrase pour terminer la prière.

Ensuite, Jésus m’a dit :

« Ayez la bonté de répéter ceci :

Vos amici mei estis si feceritis quae ego proecipio vobis. »

Traduction :
« Vous êtes mes amis si vous faites ce que Je vous commande. »

Puis Jésus me dit :

« Lorsque vous témoignerez en mon nom, ayez la bonté de répéter ceci. »

Puis c’est d’un regard triste que Jésus me quitta, et disparut.

Apparitions de Jésus-Christ à Dozulé 🇨🇵 | Dixième apparition (07 septembre 1973) : la prière révélée par Jésus-Christ