Prophรฉties de Jรฉsus-Christ rรฉvรฉlรฉes ร  Maria Valtorta | 16. Qui sera lโ€™Antichrist ?

โŸน ๐Ÿ“– Les Cahiers de 1944 : Maria Valtorta | Le 20 aoรปt 1943

Le 20 aoรปt 1943 Jรฉsus dicte :

Si l’on observait bien ce qui se passe depuis quelque temps, et spรฉcialement depuis le dรฉbut de ce siรจcle qui termine le second millรฉnaire, on devrait penser que les sept sceaux ont รฉtรฉ ouverts. Jamais comme maintenant, je ne me suis dรฉpensรฉ pour revenir parmi vous avec ma Parole, afin de rassembler les troupes de mes รฉlus pour partir avec eux et mes anges livrer bataille aux forces occultes qui s’emploient ร  ouvrir ร  l’humanitรฉ les portes de l’abรฎme.

Guerres, famines, รฉpidรฉmies, armes meurtriรจres – qui sont pires que ces bรชtes fรฉroces mentionnรฉes par mon Bien Aimรฉ -, tremblements de terre, รฉruptions des viscรจres du sol et appels miraculeux ร  des voies mystiques de petites รขmes mues par l’Amour, persรฉcutions contre mes fidรจles, hauteurs d’รขmes et bassesses de corps, rien ne manque des signes par lesquels l’heure de ma Colรจre et de ma Justice peut vous paraรฎtre proche.

Devant l’horreur que vous รฉprouvez, vous vous exclamez :

ยซ Le temps est arrivรฉ ; il ne peut rien arriver de plus terrible ! ยป

Et vous appelez ร  grands cris la fin qui vous libรฉrera.

Les coupables l’appellent en se moquant et en maudissant, comme toujours ;
les bons l’appellent, eux qui ne veulent plus voir le Mal prendre encore longtemps le dessus sur le Bien.

Paix, mes รฉlus ! Encore un peu de temps et puis je viendrai. La somme de sacrifice nรฉcessaire ร  la justification de la crรฉation de l’homme et au sacrifice du Fils de Dieu n’est pas encore atteinte. Le dรฉploiement de mes cohortes n’est pas encore terminรฉ et les anges du Signe n’ont pas encore mis le sceau glorieux sur tous les fronts de ceux qui ont mรฉritรฉ d’รชtre appelรฉs ร  la gloire.

L’opprobre de la terre est tel que sa fumรฉe, de peu diffรฉrente de celle qui s’รฉchappe de la demeure de Satan, monte jusqu’au pied du trรดne de Dieu comme une violence sacrilรจge. Avant l’apparition de ma Gloire, il faut que l’Orient et l’Occident soient purifiรฉs pour รชtre dignes de voir apparaรฎtre ma Face.

L’encens qui purifie et l’huile qui consacre le grand autel sans limites oรน la derniรจre Messe sera cรฉlรฉbrรฉe par moi – Pontife รฉternel, servi ร  l’autel par tous les saints que le ciel et la terre auront ร  cette heure -lร  – sont les priรจres et les souffrances de mes saints, des bien-aimรฉs de mon Cล“ur, de ceux qui sont dรฉjร  marquรฉs de mon sceau, la croix bรฉnie, avant que les anges du Signe les aient contresignรฉs.

C’est sur la terre que le Signe se grave et c’est votre vouloir qui le grave. Puis les anges le rempliront d’un or incandescent qui ne s’efface pas et qui fera, dans mon Paradis, resplendir votre front comme le soleil.

 

Grande est l’horreur actuelle, mes bien-aimรฉs ; mais de combien, de combien va-t-elle encore s’accroรฎtre pour devenir l’Horreur des derniers temps ! Et s’il semble vraiment que I’ absinthe se soit mรฉlangรฉe au pain, au vin, au sommeil de l’homme, beaucoup, beaucoup d’autre absinthe doit encore couler dans vos eaux, sur vos tables, sur vos lits avant que vous ayez atteint l’amertume totale qui sera la compagne des derniers jours de cette race crรฉรฉe par l’Amour, sauvรฉe par l’Amour et qui s’est vendue ร  la Haine.

 

Si Caรฏn s’en est allรฉ errant sur la terre aprรจs avoir rรฉpandu un sang innocent, mais toujours sang corrompu par la faute originelle, et n’a trouvรฉ personne qui le soulageรขt du tourment du souvenir parce que le Signe de Dieu รฉtait sur lui comme chรขtiment – et il a engendrรฉ l’amertume, a vรฉcu et dรป vivre et mourir dans l’amertume -, est-ce que la race de l’homme qui a effectivement versรฉ et continue ร  verser dรฉlibรฉrรฉment le Sang infiniment innocent qui l’a sauvรฉ, ne doit pas souffrir ?

Pensez donc que ce ne sont que les prodromes, mais que ce n’est pas encore l’heure.

Ce sont les prรฉcurseurs de celui que j’ai dit qu’il pourrait s’appeler : la ยซ Nรฉgation ยป, le ยซ Mal incarnรฉ ยป, lโ€™ยซ Horreur ยป, le ยซ Sacrilรจgeยป, le ยซ fils de Satan ยป, la ยซ Vengeance ยป, la ยซ Destructionยป … et je pourrais continuer ร  lui donner des noms qui le dรฉcrivent d’une maniรจre claire et effrayante. Mais lui n’est pas encore lร .

Ce sera une personne trรจs en vue, comme un astre. Non pas un astre humain qui brille dans un ciel humain. Mais un astre d’une sphรจre surnaturelle et qui, cรฉdant ร  la flatterie de l’Ennemi, connaรฎtra l’orgueil aprรจs l’humilitรฉ, l’athรฉisme aprรจs la foi, la luxure aprรจs la chastetรฉ, la faim de l’or aprรจs la pauvretรฉ รฉvangรฉlique, la soif des honneurs aprรจs l’effacement.

Il serait moins effrayant de voir tomber une รฉtoile du firmament que de voir se prรฉcipiter dans les spires de Satan cette crรฉature dรฉjร  dรฉsignรฉe, et qui copiera le pรฉchรฉ de son pรจre d’รฉlection. Lucifer, par l’orgueil, est devenu le Maudit et l’Obscur. L’Antichrist, par orgueil d’un moment, deviendra le maudit et l’obscur aprรจs avoir รฉtรฉ un astre de mon armรฉe.

Comme rรฉcompense de son abjuration, qui secouera le ciel d’un frisson d’horreur et fera trembler les colonnes de mon Eglise par l’effroi que suscitera sa chute, il obtiendra l’aide totale de Satan qui lui donnera les clรฉs de l’abรฎme pour qu’il l’ouvre.

Et il l’ouvrira tout grand pour qu’en sortent les instruments d’horreur que, au cours des millรฉnaires, Satan a fabriquรฉs pour amener les hommes au dรฉsespoir total, de sorte que d’eux-mรชmes, ils invoqueront Satan comme Roi et courront ร  la suite de l’Antichrist, le seul qui pourra ouvrir les portes de l’abรฎme pour en faire sortir son roi, tout comme le Christ a ouvert les portes des cieux pour en faire sortir la grรขce et le pardon qui font des hommes des รชtres semblables ร  Dieu et des rois d’un Royaume รฉternel dont je suis le Roi.

De mรชme que le Pรจre m’a donnรฉ tout pouvoir, de mรชme Satan lui donnera tout pouvoir, et spรฉcialement tout pouvoir de sรฉduction pour entraรฎner ร  sa suite tous les faibles et ceux qui sont corrompus par la fiรจvre des ambitions comme l’est leur maรฎtre. Mais, dans ses ambitions effrรฉnรฉes, il trouvera encore insuffisantes les aides surnaturelles de Satan et cherchera d’autres aides chez les ennemis du Christ, lesquels, ayant des armes de plus en plus meurtriรจres – que leur penchant au mal les incitera ร  mettre au point pour semer le dรฉsespoir dans les foules -, l’aideront jusqu’ร  ce que Dieu dise ยซ Assez ! ยป et les rรฉduise en cendres par la seule splendeur de son aspect.

Les hommes ont beaucoup trop dissertรฉ au cours des siรจcles – et pas toujours mus par une soif de savoir justifiรฉe, ni par un honnรชte dรฉsir de faire rรฉparation pour le mal menaรงant, mais plutรดt mus par une curiositรฉ inutile – sur ce que Jean a dit au chapitre X de l’Apocalypse. Mais sache, Maria, que je permets qu’on sache tout ce qu’il peut รชtre utile de savoir, tandis que je voile tout ce que je trouve bon que vous ne sachiez pas.

Vous รชtes trop faibles, mes pauvres enfants, pour connaรฎtre le nom d’horreur des ยซ sept tonnerres ยป apocalyptiques. Mon ange a dit ร  Jean : ยซ Scelle ce qu’ont dit les sept tonnerres et ne l’รฉcris pas. ยป Je dis que ce qui est scellรฉ, ce n’est pas encore l’heure de lโ€™ouvrir ; et si Jean ne l’a pas รฉcrit, moi, je ne le dirai pas.

Du reste ce n’est pas ร  vous qu’il arrivera de goรปter cette horreur, c’est pourquoi il ne vous reste qu’ร  prier pour ceux qui devront la subir, pour que la force ne disparaisse pas en eux et qu’ils ne viennent pas ร  faire partie de la foule de ceux qui, lorsque le flรฉau les frappera, ne connaรฎtront pas la pรฉnitence et blasphรฉmeront contre Dieu au lieu de l’appeler ร  leur aide. Un grand nombre d’entre eux sont dรฉjร  sur la terre et leur descendance sera sept fois sept fois plus dรฉmoniaque qu’eux-mรชmes.

Moi-mรชme, et non pas mon ange, je jure que quand le son de la septiรจme trompette aura fini de retentir et que l’horreur du septiรจme flรฉau sera achevรฉe, sans que la race d’Adam reconnaisse le Christ-Roi comme Seigneur, Rรฉdempteur et Dieu, et invoque sa Misรฉricorde et son Nom dans lequel se trouve le salut, moi, par mon Nom et ma Nature, je jure que j’arrรชterai l’instant dans l’รฉternitรฉ. Alors le temps cessera et le Jugement commencera, le Jugement qui sรฉparera รฉternellement le Bien du Mal, aprรจs des millรฉnaires de vie en commun sur la terre.

Le Bien retournera ร  la source d’oรน il est venu, tandis que le mal se prรฉcipitera lร  oรน il a dรฉjร  รฉtรฉ prรฉcipitรฉ depuis le moment de la rรฉbellion de Lucifer et d’oรน il est sorti pour troubler la faiblesse d’Adam par la sรฉduction des sens et de l’orgueil.

Alors le mystรจre de Dieu s’accomplira. Alors vous connaรฎtrez Dieu. Tous, tous les hommes de la terre, depuis Adam jusqu’au dernier-nรฉ, rassemblรฉs comme des grains de sable sur la dune de la plage รฉternelle, verront le Seigneur Dieu, Crรฉateur, Juge, Roi.

Oui, vous le verrez, ce Dieu que vous avez aimรฉ, blasphรฉmรฉ, bรฉni, vilipendรฉ, servi, fui. Vous le verrez. Vous saurez alors ร  quel point Il mรฉritait votre amour et ร  quel point cela valait la peine de le servir.

Oh ! quelle joie pour ceux qui se seront consumรฉs dans son amour et l’obรฉissance envers lui !

Et quelle terreur pour ceux qui auront prรฉfรฉrรฉ suivre l’Antagoniste et le Sรฉducteur
au lieu du Verbe incarnรฉ en qui rรฉside la Rรฉdemption ;
au lieu du Christ : chemin qui mรจne au Pรจre ;
au lieu de Jรฉsus : la Vรฉritรฉ trรจs sainte ;
au lieu du Verbe : la vraie Vie !

Prophรฉties de Jรฉsus-Christ rรฉvรฉlรฉes ร  Maria Valtorta | 16. Qui sera lโ€™Antichrist ?