Prophéties de Jésus-Christ révélées à Maria Valtorta | Les précurseurs de l’Antichrist : 3. Vous avez atteint le paroxysme de la malice et de l‘orgueil

21.7.43 (Quaderni p. 226-230) Jésus dicte :

Je t’ai déjà dit que tout ce qui est dit dans les livres anciens a un rapport avec le présent. C’est comme si une série de miroirs répétait, en le portant de plus en plus à l’avant-plan, un spectacle déjà entrevu à l’arrière-plan.

Le monde se répète dans ses erreurs et ses repentirs, à la différence toutefois que les erreurs sont sans cesse perfectionnées avec l’évolution de la race vers la soi-disant civilisation, tandis que les repentirs sont devenus de plus en plus embryonnaires. Pourquoi ? Parce que le monde, en passant de l’enfance à un âge plus avancé, a progressé en malice et en orgueil.

Vous êtes maintenant au sommet de l’âge du monde et vous avez atteint aussi le summum de la malice et de l’orgueil.

 

Ne pense pas cependant que le temps qui vous reste à vivre est égal à celui que vous avez vécu. Vous êtes au sommet et on pourrait en déduire qu’il vous reste à vivre une période égale à celle que vous avez vécue ; mais il n’en sera pas ainsi : La phase de descente du monde vers sa fin ne sera pas aussi longue que la phase ascendante. La fin se précipitera, précisément à cause de la malice et de l’orgueil : deux poids qui vous entraînent dans le gouffre de la fin, vers le terrible jugement. L’orgueil et la malice, en plus de vous entraîner sur la pente descendante, vous émoussent tellement l’esprit qu’ils vous rendent de plus en plus incapables d’interrompre, par un repentir sincère, la descente.

 

Mais c’est ainsi que vous avez procédé : à reculons dans le bien, tête baissée vers le mal. Moi, l’Éternel, je suis demeuré ferme dans ma mesure exacte du bien et du mal. Depuis le jour où la lumière fut et, avec elle, le commencement du monde, a été fixé par l’Esprit qui ne se trompe pas ce qui est bien et ce qui est mal. Et la force humaine, la petite force humaine, ne peut ni modifier ni effriter ce code éternel écrit par le doigt de Dieu sur des pages intouchables et qui ne sont pas de cette terre.

 

L’unique changement depuis l’instant où ma volonté a créé le monde et l’homme, réside en ceci : avant, vous deviez vous gouverner et vous guider selon les Tables de la Loi et la parole des prophètes; après, vous m’avez eu, Moi, Verbe et Rédempteur, pour vous expliquer la Loi, pour vous donner mon enseignement, mon Corps et mon Sang, et vous apporter, avec ma venue, l’Esprit qui ne laisse pas d’ombres, pour vous soutenir ensuite, dans le cours des siècles, par les sacrements et les sacramentaux.

Mais qu’avez-vous fait de ma venue ?

Un nouveau poids de fautes, dont vous devrez répondre !

Voulons-nous regarder ensemble les pages anciennes où se trouvent les explications de l’heure actuelle ? Tu les as ressenties comme une aiguillon ; mais je te les montrerai mieux encore.

 

Qu’est-ce qui est promis à ceux qui observent la Loi ?

 

Prospérité, abondance, paix puissante, descendance saine et abondante, triomphe sur les ennemis, puisque le Seigneur a promis d’être sur le fil des épées de ses serviteurs contre ceux qui voudraient lever la main sur les enfants du Très-Haut.

 

Quelles menaces pèsent sur ceux qui la transgressent ?


Famines, pénuries, guerres, défaites, épidémies, abandon de la part de Dieu, oppression par des ennemis pour qui les fils du Très-Haut deviendront semblables à des troupeaux persécutés et effrayés, destinés au massacre.

 

Vous vous lamentez sur l’heure que vous vivez, vous la trouvez injuste ?
Sa rigueur vous paraît excessive ?
Non, elle est juste et moins dure que ce que vous méritez.

 

Je vous ai sauvés et re-sauvés de mille façons, je vous ai pardonné et re-pardonné des milliers et des milliers de crimes. Je suis venu exprès pour vous donner la Vie et la lumière. Moi, la Lumière du monde, je suis venu dans vos ténèbres pour vous apporter la Parole et la Lumière. Je n’ai plus parlé à travers les nuées et le feu ou par la bouche des prophètes. Non. Je suis venu moi-même, en personne. J’ai rompu mon pain avec vous, j’ai partagé mon grabat avec vous, je me suis fatigué et j’ai sué avec vous, je me suis dépensé à vous évangéliser, je suis mort pour vous ; par ma Parole j’ai dissipé tout doute concernant la Loi ; par ma résurrection j’ai dissipé tout doute sur ma Nature. Je me suis laissé moi-même à vous pour être votre nourriture spirituelle, apte à donner la Vie, et vous, vous m’avez donné la mort.

 

Je vous ai donné la Parole et l’Amour et le Sang de Dieu, et vous, vous avez fermé vos oreilles à la Parole, vos âmes à l’Amour et vous avez blasphémé mon Sang.

 

A l’antique Tabernacle, où il y avait deux tables de pierre écrites par le doigt d’un prophète, j’ai substitué le nouveau tabernacle où réside le Pain véritable descendu du ciel et mon Cœur où est écrit le pacte de l’amour que vous, et non pas moi, avez violé.

Vous ne pouvez plus dire : Nous ne savions pas comment est Dieu. J’ai pris chair pour que vous ayez une chair à aimer, car cela ne convenait pas à votre lourdeur d’aimer un esprit.

 

Eh bien ! Qu’avez-vous fait ? Qu’avez-vous fait de plus en plus ? Vous avez tourné le dos à Dieu, à son autel, à sa Personne. Vous n’avez pas voulu de Dieu, du Dieu Un et Trine, du vrai Dieu.

 

Vous avez voulu des dieux. Et vos dieux actuels sont plus affreux que les dieux antiques ou les fétiches des idolâtres. Dans ces derniers se cache encore le respect pour l’image de Dieu, telle que leur mentalité et leur ignorance savent la concevoir. En vérité, en vérité je vous le dis, les idolâtres de la nature seront beaucoup moins sévèrement jugés que vous, idolâtres de malice, vendus à la pire des idolâtries : l’auto idolâtrie.

 

Oui, vous vous êtes créé des dieux de chair, et de chair corrompue, auxquels vous avez rendu hommage et devant lesquels vous avez courbé la tête et l’échine que vous n’avez pas su courber devant Dieu. Vous avez méprisé, renié, bafoué, brisé ma Loi ; mais vous avez accepté et suivi, tels des esclaves ou des animaux domestiqués par leur dompteur, la loi mensongère que vous ont donnée de pauvres hommes encore plus dévoyés que vous et dont le destin est tel qu’il fait trembler d’horreur tout le ciel.

 

Idolâtres, idolâtres païens vendus à la chair, à l’argent, au pouvoir, à Satan, qui est maître de ces trois domaines néfastes de la chair, de l’argent et du pouvoir !

 

Mais pourquoi, pourquoi, ô mon peuple, es-tu sorti du Royaume que je t’avais donné, pourquoi as-tu fui ton Roi de Perfection et d’Amour et as-tu préféré les chaînes et la barbarie du royaume de Satan, le Prince du mal et de la mort ?

 

Est-ce ainsi que tu récompenses le Très-Haut, qui est ton Père et ton Sauveur ? Et tu t’étonnes si le feu jaillit de la terre et pleut du ciel pour réduire en cendres la race arrogante et traîtresse qui a renié Dieu et accueilli Satan et ses ministres ?

 

Est-il possible que Satan n’ait pas même besoin de travailler ni de se donner de la peine pour vous engloutir ?

Moi, Je dois me donner de la peine pour essayer de vous attirer encore puisque, si vous, vous avez renié votre origine, moi, je me souviens d’être pour vous un Père et un Sauveur.

Jusqu’à la dernière heure, où vous serez rassemblés pour la sélection inexorable, Je ne renie pas mes misérables enfants et je tente encore de les sauver.

 

Maria, ce châtiment n’est pas immérité. Il est juste, et il est grave, parce que vos fautes sont très graves. Mais il n’est pas infligé par la méchanceté d’un Dieu qui est toute bonté. Votre Dieu se donnerait lui-même pour vous l’épargner, s’il savait que cela pourrait vous être utile. Mais il doit, oui, il doit vous laisser vous punir vous-mêmes de vos folies, de vos pactes avec la Bête.

 

Des milliers et des dizaines de milliers d’hommes se perdront dans tous les coins de la terre. Mais quelques-uns entendront, dans l’agonie qui vous étrangle, résonner la Voix de Dieu, et ils élèveront leur face des ténèbres vers la Lumière. C’est Celui qui revient qui justifiera le châtiment puisque – sache-le et pense à cette obligation que vous avez de la protéger – le prix d’une âme est tel que les trésors de la terre ne suffisent pas à l’acheter.

 

Il y faut le Sang d’un Dieu. Le mien !

Prophéties de Jésus-Christ révélées à Maria Valtorta | Les précurseurs de l'Antichrist : 3. Vous avez atteint le paroxysme de la malice et de l‘orgueil